Par ailleurs, c'est sans conteste la guitare électrique pour laquelle on trouve le plus grand nombre de pièces détachées, facilement et sur une grande échelle tarifaire couvrant tous les budgets. On peut même se monter facilement une Strat en partant de zéro tout en choisissant chaque composant comme on le ferait pour un PC !

_002.gif

Pour ma part je suis parti d'une base Cort, achetée une misère il y a plus de quinze ans, à l'époque où les corps étaient encore identiques à celui des Fender. L'un des premiers soucis rencontrés avec cette guitare concernait la tenue de l'accord, plutôt passable et relativement agaçante en concert avec les mécaniques d'origine. Ayant pris goût aux mécaniques à blocage Spertzel sur la Hohner Revelation, très pratiques pour un changement de corde en plein set, j'avais déniché à Pigalles un jeu de 6 mécaniques Schaller à blocage pour 400 francs (60 euros) : elles sont toujours en place et toujours aussi fiables. Leur poids alourdit un peu la tête mais il paraîtrait que cela augmente au passage le sustain...

_003.gif

L'amélioration suivante a concerné les pontets de chevalet d'origine, bouffant les aigus et les cordes de sol malgré quelques judicieux coups de lime qui avaient permis de rendre le problème beaucoup moins fréquent sans le résoudre définitivement. Je les ai remplacés par des GraphTech aux cotes Fender que j'ai dû retailler afin qu'ils puissent tenir sur le chevalet d'origine, plus étroit. Cette opération s'est révélée très payante car j'ai récupéré pas mal d'aigus et n'ai plus jamais cassé de cordes au niveau du chevalet. Sur la photo ci-dessus, on peut voir le chevalet d'origine monté avec des inserts de chez... Ikea !

_004.gif

Après ces quelques améliorations, cette guitare m'a servi en répétition et en concert pendant plusieurs années : les frettes ont fini par montrer les signes d'une usure assez prononcée. Mais plutôt que de la faire refretter, j'ai décidé de lui offrir un tout nouveau manche "mapple", comme en étaient équipées les premières Fender des années 50. J'y ai bien entendu installé les fameuses mécaniques Schaller indestructibles ainsi qu'un sillet Tusq, toujours de chez GraphTech.

_006.gif

Avec le changement de manche, j'ai choisi de remplacer les micros d'origine Cort par des micros plus précis. J'ai donc fait pas mal d'essais à l'aide d'un pickguard un peu spécial (A lire sur la page "Plaque de test des micros pour Stratocaster") et j'ai fini par choisir deux micros Seymour Duncan : un SSL5 en chevalet et... un SH4 retourné en position manche. Jouant souvant de la slide, j'avais en effet besoin d'un micro assez chaud de type humbucker qui puisse apporter beaucoup d'épaisseur et de compression naturelle au son. J'ai ensuite monté un sélecteur quatre positions pour bénéficier des combinaisons suivantes : SSL5 seul, SSL5 + SH4 en parallèle, SSL5 + SH4 en série, SH4 seul. Par ailleurs, ayant prévu un potard de volume par micro (les boutons de tonalité sont un leurre !), je peux en plus doser le humbucker en allant jusqu'à couper totalement la deuxième bobine.

_007.gif Le bloc vibrato positionné en dessous du chevalet joue un rôle très important dans la personnalité de la Stratocaster. Celui d'origine étant d'un alliage très léger, le caractère sonore de cette Stratocaster s'en trouvait fortement altéré. J'ai donc monté un "vrai" bloc de vibrato bien lourd et bien dense en lieu et place de l'ancien. Pourquoi se donner tout ce mal pour une telle "planche" alors que j'aurais pu acheter une bien meilleure guitare à la place ? Pour le plaisir ! Le plaisir d'apprendre à régler un à un chaque petit problème de lutherie, le plaisir d'avoir une guitare totalement sur mesure, le plaisir de pouvoir continuer à en jouer depuis toutes ces années avec une satisfaction grandissante. Aujourd'hui, cette guitare répond totalement à mes attentes en situation live : tenu de l'accord, fiabilité, sustain, sonorité, simplicité d'utilisation, et je peux quasiment tout faire avec...